méprise


méprise

méprise [ mepriz ] n. f.
• 1465; « mauvaise action » XIIe; de se méprendre
Erreur d'une personne qui se méprend. confusion; malentendu, quiproquo. Méprise impardonnable, grossière. bévue. « la méprise des sens » (Baudelaire) . « La Double Méprise », nouvelle de Mérimée. Je « souffre de la louange si je sens qu'elle m'est octroyée par méprise » (A. Gide).

méprise nom féminin (participe passé féminin de méprendre) Erreur de celui qui se trompe sur quelqu'un, sur quelque chose : Être victime d'une méprise.méprise (synonymes) nom féminin (participe passé féminin de méprendre) Erreur de celui qui se trompe sur quelqu'un, sur quelque chose
Synonymes :
- bévue
- bourde (familier)
- équivoque
- gaffe (familier)

méprise
n. f. Erreur de qqn qui se méprend. Il y a méprise sur la personne.

⇒MÉPRISE, subst. fém.
Fait de se méprendre, de commettre une erreur. Synon. confusion, fourvoiement. Méprise grossière; lourde méprise. Toute appréciation morale qui les négligerait nous exposerait aux plus graves méprises, en attribuant à l'âme ce qui provient du corps, ou réciproquement (COMTE, Catéch. posit., 1852, p. 95). M. Pissarro s'est subitement délivré de ses méprises (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 257). Il tua dans Venise Un mari très jaloux, (...) Égorgea par méprise La Bohémienne éprise De lui (APOLL., Casanova, 1918, III, p. 1018). Supposons même éliminées les fautes personnelles du chercheur (sans parler de méprises plus grossières; qui de nous osera se dire sûr de n'avoir jamais achoppé dans l'affreux dédale des anciennes mesures?) (M. BLOCH, Apol. pour hist., 1944, p. 57).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1718: mes-, dep. 1740: mé-. Étymol. et Hist. 1. 1174 mesprise «faute, mauvaise action» (GUERNES DE PONT-SAINTE-MAXENCE, St Thomas Becket, 2501 ds T.-L.); 2.1465 «inadvertance, erreur» (Le Jouvencel, ms. p. 613 ds LA CURNE); 1655 (PASCAL, Entretien avec Sacy, éd. P. Courcelle, 23, 6, p.29). Déverbal de méprendre. Fréq. abs. littér.:359. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 563, b) 373; XXe s.: a) 445, b) 578.

méprise [mepʀiz] n. f.
ÉTYM. 1465; mesprise « mauvaise action », v. 1190; de méprendre.
Erreur de la personne qui se méprend, se trompe (en prenant une chose, une personne pour ce qu'elle n'est pas). Confusion, erreur, fourvoiement. || La méprise des sens (→ Hallucination, cit. 3). || Méprise grossière, ridicule; lourde, sotte, impardonnable méprise. Bévue. || Si ce n'est pas une méprise, c'est une gageure (cit. 5) ou une impertinence. || Méprise quant à, sur qqch. || Intrigue de théâtre basée sur une méprise ( Malentendu, quiproquo).La Méprise, comédie de Marivaux. || La Double Méprise, nouvelle de Mérimée.
1 L'essence de la méprise consiste à ne la pas connaître.
Pascal, Entretien avec M. de Sacy.
2 Cette erreur (à propos de la planète Vénus),… ne peut être qu'une méprise des yeux, une erreur d'observation, et non de raisonnement.
Voltaire, Philosophie de Newton, III, VIII.
3 L'on nous apportait bien quelquefois de la chandelle quand nous demandions de l'eau, ou du chocolat, quand nous voulions de l'encre; mais, à part ces petites méprises, fort pardonnables, tout allait pour le mieux.
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 19.
(Av. 1848). || Par méprise : à cause d'une erreur, d'une méprise Inadvertance (par).
4 J'aime être aimé pour le bon motif et souffre de la louange si je sens qu'elle m'est octroyée par méprise.
Gide, Si le grain ne meurt, I, IX, p. 249.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Meprise — Méprise Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • Méprise — (meprihs), frz., Irrthum, Versehen …   Herders Conversations-Lexikon

  • méprisé — méprisé, ée (mé pri zé, zée) part. passé de mépriser. •   La bonté de Dieu si indignement méprisée [par le pécheur], BOSSUET 2e panég. saint Franç. de Paule, I. •   Sur le haut Hélicon leur veine méprisée Fut toujours des neuf soeurs la fable et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • meprisé — Meprisé, [mepris]ée. part …   Dictionnaire de l'Académie française

  • méprise — (mé pri z ) s. f. Faute de celui qui se méprend. •   L essence de la méprise consiste à ne la pas connaître, PASC. Entretien avec Saci.. •   Que les vastes connaissances et l élévation du génie sont de fausses lueurs qui n ont rien de plus réel… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MÉPRISE — n. f. Erreur, faute de celui qui se méprend. Lourde méprise. Méprise grossière. Cela a été fait par méprise. Se rendre coupable d’une méprise. C’est une méprise de ma part, une impardonnable méprise. Il faut relire cet acte avec attention, de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • MÉPRISE — s. f. Inadvertance, erreur, faute de celui qui se méprend. Grande, lourde méprise. Méprise grossière. Cela a été fait par méprise. Il faut relire cet acte, de peur de méprise. Tomber dans une grande méprise …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Méprise — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Méprise », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Le nom méprise peut désigner : La Méprise …   Wikipédia en Français

  • Meprise — Me|pri|se* die; , n <aus gleichbed. fr. méprise zu méprendre »fehlgreifen«, dies zu mé »miss , fehl « u. prendre »nehmen«> (veraltet) Missgriff, Irrtum, Versehen …   Das große Fremdwörterbuch

  • méprise — nf. => Bévue, Gaffe, Malentendu …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.